Boutique Apphim

caddie.jpg

L'asso et ses actions
 ↑  
Sauvegardes en cours
Historique des actions
Archives de notre activité
Webmaster - Infos
Visites

 707233 visiteurs

 12 visiteurs en ligne

Recherche
Recherche

AUTRE VISITE AUX MINES DE PROVENCE LE 2.04.2016

« A LA RECHERCHE DES PUITS BOYER ET COURAU »

A deux pas de la monumentale centrale thermique de Meyreuil-Gardanne, dont les énormes tours de refroidissement devaient lui faire de l’ombre à chaque lever de soleil, le carreau des puits Boyer et Courau n’a laissé pour vestiges que quelques blocs de béton disséminés et trois plaques de situation, mais rien de réellement commémoratif pour rappeler que ce siège avait bien existé mais aussi servi pendant presque six décennies.

actu042016-01.jpg

Néanmoins, le chevalement de l’ancien puits Z (surmontant la colline Catinel située un peu plus au sud) et la tour du puits Y (l’inégalable Yvon Morandat planté à l’ouest et aux dimensions hors du commun) semblent veiller sur ce carreau de Meyreuil dont l’utilisation a été stoppée sitôt leur entrée en fonction, le premier pour l’extraction et l’autre pour le service.

Puits Z : diamètre 6,5 m – profondeur 879 m.
Foncé de 1981 à 1984, opérationnel en 1986.
Deux skips de 32 t chacun dont un polyvalent.

 Puits Y : diamètre 10 m – profondeur 1109 m.
Foncé de 1981 à 1983, opérationnel en 1987.
Deux cages séparent le matériel du personnel

Or, si c’est en 1986 que les puits Boyer et Courau ont cessé d’être actifs, le lavoir a continué sa fonction jusqu’en 2002, c’est-à-dire l’année qui a précédé la fin de l’extraction du charbon des mines de Provence. Mais lui non plus n’a pas été épargné par l’oubli car, mis à part une simple plaque dite de rue et un tunnel de convoyeur aérien (comme par miracle encore sur ses supports), il ne subsiste rien de sa présence qui ne soit mêlé aux débris étalés sur le sol où montent broussailles et arbustes, lesquels, derrière la clôture grillagée, effacent le terrain.

Depuis quelques années déjà, une zone d’activité prend progressivement le pas sur l’espace laissé vacant par l’ex-Siège de Meyreuil, mais il est possible que les aires sur lesquelles ont été forés les puits « oubliés » resteront en l’état, à moins que le BRGM ne donne son accord.

 Mais, quoi qu’il en soit, la centrale thermique de Meyreuil-Gardanne ravivera leur mémoire…

Près du « cimetière » des tours Boyer et Courau, une cheminée de 297 m leur sert de stèle !

QUELQUES PRECISIONS SUR LES DEUX PUITS DE L’EX-SIEGE DE MEYREUIL

COURAU : foré entre 1914-1927, diamètre 4 m, profondeur 619 m, mis en service dès 1927.

BOYER : creusé en 1928, diamètre 4 m, profondeur 667 m, opérationnel dans l’année 1928.

Distants d’une quarantaine de mètres, chacun d’eux disposait alors du chevalement habituel.

A l’époque, certains chevalements ne servaient qu’à l’extraction du charbon abattu à la main.

La descente et la remontée du mineur se faisaient en empruntant escaliers et descenderies.

1946 : Nationalisation des mines privées et naissance des Houillères du Bassin de Provence

1959 : Construction d’un lavoir à charbon équipé de différents postes de triage et de criblage

1960 : Construction de deux bâtiments (l’un pour la lampisterie, l’autre affecté aux douches),

et de la tour d’extraction du puits Courau, haute de 52 m, qui recevra un skip de 14 t

et dont les travaux peuvent permettre de pousser la production horaire de 80 à 250 t.

1961 : Construction de l’édifice qui doit contenir les services de Direction et d’Administration,

et de la tour du puits Boyer qui devient puits de service (personnel-matériel-exhaure).

1964 : Construction d’ateliers pour le matériel, de réfectoires et de vestiaires pour le mineur.

1968 : Transformation du lavoir dans le but de s’adapter à la concentration de la production.

1969 : Extension du bâtiment de la recette, et pour les mêmes raisons que celles-ci-dessus.

1983 : Ravalement du puits de service Boyer sur 56 m à la cote – 391 pour servir à l’aérage.

1986 : 27 mai, arrêt des puits, remplacés par les modernes « Y » Morandat et « Z » Cativel.

Le lavoir à charbon et ses équipements auxiliaires poursuivent encore leurs activités.

2002 : En fin d’année, le lavoir à charbon et ses bâtiments annexes sont arrêtés à leur tour.

2003 : 1er février, l’arrêt des puits Morandat et Cativel sonne la fin du charbon en Provence.

2004 : En février, les tours en béton des puits Courau et Boyer sont dynamitées et tombent.

Toutes les installations de l’ex-siège de Meyreuil sont détruites et le carreau est rasé.

 Le siège de Meyreuil toujours en activité.
(photo Charbonnages de France)
C’est fini pour la tour Courau. Le reste suivra.
 (photo Ville de Gardanne)

Article et photos de Pierre OMBROUCK (sauf mentions contraires)

Droits APPHIM – Sources « culture.gouv. »


Date de création : 12/04/2016 @ 09:19
Catégorie : L'asso et ses actions - Vie de l'asso-Avril 2016
Page lue 839 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Votre soutien

Vous aimez notre travail, soutenez-nous

10€/an
 

Montant libre

Les sites miniers
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
62 Abonnés