Boutique Apphim

caddie.jpg

L'asso et ses actions
 ↑  
Sauvegardes en cours
Historique des actions
Archives de notre activité
Webmaster - Infos
Visites

 761857 visiteurs

 8 visiteurs en ligne

Recherche
Recherche

SIEGE DE CARLING DES MINES DE LORRAINE

Cet article ne peut pas faire référence aux Houillères du Bassin de Lorraine puisque celles-ci n’ont été créées qu’au lendemain de la seconde guerre mondiale de 1939-1945, alors que cet unique puits du siège de Carling n’existait plus depuis la fin du précédent conflit de 1914-1918.

A l’Ouest, le gisement houiller est découvert lors des sondages entrepris de 1853 à 1855, à Creutzwald, au Moulin de Porcelette, à Carling et dans la forêt du Zang.

Le 17 novembre 1855, la Compagnie Houillère de la Moselle - Maximilien Pougnet et Cie entame le fonçage du puits Max (pour Maximilien). Il est le plus ancien de ce secteur.

siegecarling01.jpg

Puits Max

Le 17 juin 1857, une concession de 2.767 hectares est allouée à cette entreprise minière.

En juin 1860, la dernière retraite boisée est finie et débute le cuvelage du puits en briques.

Le 9 décembre 1860, le premier bloc de charbon est extrait.

Le 16 mai 1861, le forage est à -230 m puis atteint -280 m. En même temps, les premières galeries sont creusées vers le Sud avant d’être stoppées par une faille, et vers le Nord où elles trouvent des veines de 1,20 à 1,40 m d’ouverture - Justine, Marie, Eugénie, Fanny - avant rencontrer des veines plus petites - Petite Berthe, Grande Berthe, Ermance - de 60 à 80 cm de puissance.

La production des 162 t de 1861 confirme les difficultés du démarrage de son exploitation, tandis que la construction du puits avait été le théâtre de nombreux accidents du travail.

En 1864, le gisement, coupé de failles, conduit rapidement l’extraction à -355 m. Le puits Max, qui en fait 372, est le seul puits du siège et il est donc compartimenté pour servir d’entrée et de sortie d’air. Cette même année, sa production est de 17.642 t.

Les travaux du fond se développent et l’aérage devient insuffisant, situation aggravée par l’infiltration d’eau à travers le cuvelage en briques.

En 1866, un brusque arrivée d’eau, suivie d’un coup de grisou, détruit le compartimentage du puits et fait trois victimes. La pose d’un nouveau cuvelage en fonte réduit son diamètre mais n’interrompt pas les infiltrations d’eau.

photo aérienne du puits Max

En 1866, la Compagnie des Chemins de Fer de l’Est installe dans la vallée de la Merle une voie ferrée reliant la gare de Béning à Carling. Elle dessert le puits Max et les gares minières des puits 2 et 6 de l’Hôpital. Vers 1875, la ligne s’étendra du puits Max à la gare de Carllig.

En 1969, l’extraction reprend et la production atteint 21.369 t. Un second puits devient indispensable mais, faute de capitaux, celui-ci ne peut être réalisé.

En 1875, l’Administration des Mines impose l’arrêt de l’exploitation du puits Max.

En 1910, soit 35 ans après son arrêt, le puits Max devient le puits 8 de la Société Sarre et Moselle. Après dénoyage, il est ravalé jusqu’à -585 m et remis en service pour l’aérage du puits 6 de l’Hôpital.

En 1918, il est désaffecté.

En 1963, son chevalement (du 19ème siècle) est arasé !

Sources : Les chevalements lorrains de Pierre-Christian GUIOLLARD

Certains compléments : http://www.carling.fr/spip.php?article81

Synthèse : Pierre OMBROUCK pour l’APPHIM


Date de création : 04/05/2016 @ 17:57
Catégorie : Les sites miniers - Le bassin de Lorraine-Le secteur ouest
Page lue 700 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Votre soutien

Vous aimez notre travail, soutenez-nous

10€/an
 

Montant libre

Les sites miniers
 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
62 Abonnés