Boutique Apphim

caddie.jpg

L'asso et ses actions
 ↑  
Sauvegardes en cours
Historique des actions
Archives de notre activité
Webmaster - Infos
Visites

 686686 visiteurs

 10 visiteurs en ligne

Recherche
Recherche

L’ANGDM à NOYELLES-SOUS-LENS, la mémoire de la Mine

Qu’est-ce que l’ANGDM ?

C’est l’Agence Nationale pour la Garantie des Droits des Mineurs qui a été créée par la loi du 3 février 2004. Sa mission principale est de garantir les droits sociaux des anciens Mineurs (charbon, fer, autres métaux, potasse, ardoise) et de plus en plus aujourd’hui de leurs ayants-droit (veuves), cela représente encore en 2016 près de 160000 personnes sur toute la France. L’ANGDM est ainsi chargée de leur verser les avantages en nature définis dans le Statut du Mineur (chauffage, logement). La quasi-totalité du budget de la structure (512 millions d’euros en 2015) provient des caisses de l’Etat mais quelques subventions arrivent également de quelques exploitants encore en activité (1000 salariés). L’ANGDM gère aussi des dossiers dits ‘’confidentiels’’ comme les préretraites ou les retraites anticipées, il lui faut pour cela conserver des archives qui concernent toutes les personnes ayant travaillé dans les Mines ; il y a ainsi 1 500 000 dossiers individuels (certains remontent au XIXème siècle), ceci représente environ 12,5 km linéaires de papier ou un volume de paperasse de 6000 m3 ! L’ANGDM a son siège national sur le carreau de l’ancienne fosse 23 de Courrières à NOYELLES-SOUS-LENS. Tous les anciens bâtiments de celle-ci (ateliers, lampisterie, magasin, bains-douches ‘’ouvriers’’ et ‘’cadres’’, chaufferie, sous-station) ont été transformés en locaux administratifs.

angdm07.jpg

L’entrée de l’ANGDM à NOYELLES-SOUS-LENS. Photo GT

Le bâtiment de la Direction ANGDM. Photo GT

Le centre d’apprentissage. Photo GT

 Ateliers réaménagés en bureaux. Photo GT

Le cadre est très verdoyant. Photo GT

Tous les bâtiments ont gardé leurs structures extérieures d’origine, leurs intérieurs ont dû être réaménagés en bureaux et en locaux de stockage à atmosphère contrôlée (hygrométrie constante, température régulée).

Les dossiers des Mineurs sont classés par bassin et par ordre alphabétique. Photo GT

Des tonnes de documents impeccablement classés. Photo GT

Le relevé de carrière du Mineur


Un Mineur ou sa veuve peut obtenir son relevé de carrière en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Monsieur le Directeur de l’ANGDM, Avenue de la Fosse 23, BP 19, 62221 NOYELLES-SOUS-LENS
Pour tout renseignement, on peut téléphoner au Service des Archives sur place : 03 21 79 48 48. NB : les enfants de Mineurs ne peuvent obtenir ce relevé si leur père (ou sa veuve) est encore vivant.

Sur le relevé de carrière figurent :

  • des renseignements administratifs sur l’état civil du Mineur (noms de ses parents, sa date et son lieu de naissance, la date et le lieu de naissance de l’épouse, la date de mariage, les prénoms et dates de naissance des enfants, la date du divorce, …),

  • les adresses successives,

  • les diplômes obtenus (CEP, BEPC, CAP, BEI)

  • la date d’embauche dans les Mines (il peut y en avoir plusieurs s’il y a eu des coupures dues à des démissions, à des sanctions, au Service Militaire, …),

  • la période d’incorporation militaire,

  • les différents sièges où il a travaillé avec les dates d’installation correspondantes,

  • les durées de travail au fond et au jour,

  • les données concernant la retraite (date de départ, nombre d’années d’activité),

  • les différents grades obtenus (rouleur, aide-décadreur, chef-dépileur, boutefeu, porion, …),

  • les blessures (dates, natures, taux d’invalidité) et pour certains, la date de l’accident mortel,

  • les visites médicales (dates, natures),

  • les taux de silicose (dates, pourcentages),

  • la Caisse de Secours à laquelle il est rattaché,

  • les droits spéciaux (actif, pensionné, veuve),

  • les séjours de vacances à BERCK et à LA NAPOULE,

  • les avantages en nature actif, pensionné, veuve (charbon, logement, transport),

  • les médailles de travail (Argent, Vermeil, Or, Grand Or et les dates correspondantes),

  • les situations des Mineurs étrangers (dates des débuts et de fins de contrat, emplois exercés),

  • d’autres renseignements plus confidentiels concernant les sanctions et leurs causes, les résultats à des tests psychotechniques, le comportement au travail, des mentions relatives à une activité politique ou syndicale, les centres d’intérêt (loisirs, sports), …

Les dossiers de quelques ‘’stars’’ sont présents à NOYELLES-SOUS-LENS :

  • Maurice THOREZ : Mineur devenu Ministre d’État (1945-1947), Secrétaire Général du PCF (1930-1964),

  • Auguste LECOEUR : Mineur devenu Ministre (1946, on lui doit le Statut du Mineur), Député PCF,

  • Léon DELFOSSE : Mineur devenu Secrétaire Général de la CGT du Sous-Sol (1960-1968),

  • Maryan WISNIEWSKI : footballeur international (RC LENS, 1953-1963),

  • Georges LECH : footballeur international (RC LENS, 1962-1968),

  • Arnold SOWINSKI : footballeur (1952-1966) et plusieurs fois entraîneur du RC LENS,

  • Charles STABLINSKI : frère du cycliste champion du Monde, Jean STABLINSKI,

  • Jacques DE GAULLE : frère du Général de DE GAULLE

  • Pierre DUTRONC : père du chanteur Jacques DUTRONC.

Pourquoi avoir choisi NOYELLES-SOUS-LENS pour le siège de l’ANGDM ?

C’est parce qu’il y a eu le plus d’anciens Mineurs dans le Bassin du Nord/Pas-de-Calais que l’on a décidé d’implanter l’ANGDM dans cette région. Pourquoi NOYELLES-SOUS-LENS ? Il semble que la position centrale de la ville dans le Bassin et la fin prématurée de la fosse 23 (production de 1929 à 1952, concentration sur le siège 9/17 puis aérage pour les puits voisins de 1952 à 1967) soient les deux raisons principales. En 1968, l’unique puits profond de 512 m est remblayé et son chevalement est abattu en 1970. La production totale dans cette fosse n’a été que de 4,35 millions de t de 1929 à 1952.

La fosse 23 avec son unique puits avant 1968. Collection Apphim

Le site de la fosse 23 en 1930. Photo Charbonnages de France

Après 1970, la fosse 23 est transformée en centre d’apprentissage pour les galibots puis en centre d’accueil et de formation pour les Mineurs étrangers (principalement des Marocains). C’est aussi de là que partent en été les enfants dans les colonies de vacances des Houillères.

Le terril no 106 de la fosse no 23 visible sur la photo ci-dessus a été intégralement exploité tout comme le terril cavalier no 240.

Quel avenir pour le site ?

Il est envisagé de numériser tous les dossiers entreposés dans les locaux et de tout ramener au Centre des Archives du Monde du Travail à ROUBAIX. Les fichiers informatisés pourraient ainsi être consultés sur internet par les familles des anciens Mineurs. Le site de la fosse 23 deviendrait ainsi inutile par rapport à sa mission actuelle mais réutilisable pour une autre fonction, pourquoi pas ? Souhaitons qu’il reste opérationnel, l’APPHIM a d’ailleurs demandé son classement aux Monuments historiques dès 2010 comme on pourra le lire dans l’article ci-dessous :

http://apphim.fr/articles.php?lng=fr&pg=451&mnuid=1138&tconfig=0

Georges TYRAKOWSKI


Date de création : 26/08/2016 @ 21:57
Catégorie : L'asso et ses actions - Vie de l'asso-Août 2016
Page lue 508 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Votre soutien

Vous aimez notre travail, soutenez-nous

10€/an
 

Montant libre

Les sites miniers
 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
61 Abonnés