Boutique Apphim

caddie.jpg

L'asso et ses actions
Sauvegardes en cours
Historique des actions
Archives de notre activité
Webmaster - Infos
Visites

 828420 visiteurs

 19 visiteurs en ligne

Recherche
Recherche

> Trou Martin : 1803-1969 Vieux Condé ( cf l’article associé)

> Saint Joseph : 1803-1840 Valenciennes  Le houiller est atteint à 49 m de profondeur. Le siège était composé de deux puits. La profondeur totale sera de 396 m.

 stjoseph01.jpg

> Sainte Barbe : 1804-1835 Vieux Condé

C'est le Marquis Désandrouin qui autorisa l'ouverture de cette fosse passant outre l'Assemblée Générale des régisseurs. L'ouverture du puits se fait le 19 septembre 1804. Le 12 février 1806, la fosse est déjà en activité. Elle exploite Masse, A. Filons et 12 paumes à 43 toises (76 m). Pour se rendre sur les chantiers, les ouvriers descendaient par le goyot de la fosse Mon Désir. Un goyot sera plus tard établit sur le puits de la fosse mais il servira pour les ouvriers de la fosse Marie-Louise. L'extraction n'est vraiment efficace qu'en 1807, date à laquelle la fosse est reliée par une communication dans la veine Elisabeth avec la fosse 3 arbres qui évacuera les eaux. La nécessité d'ouvrir une nouvelle fosse entraîne la prospection au Nord-Est à l'étage 76 à la recherche de la veine 9 paumes. L'extraction se fait ensuite à l'étage 142 dans les veines Masse, Paschal. Lorsque la veine Masse arrive sur une faille, la fosse est mise au chômage. On en profite pour creuser une bowette nord vers Saint Pierre. En 1811, le puits est maçonné du Tourtia jusqu'à 76 m. L'extraction se fait à -109, dans les veines Elisabeth et 6 paumes en attendant une machine d'extraction plus puissante. En 1822, on exploite toutes les veines à 63 m et 50 m. La fosse est au chômage de nouveau en 1823 et le travail à partir de cette date restera intermittent suivant l'activité des fosses alentours. En 1827, on achève les travaux à -174 m et les travaux sont concentrés à l'étage 50. A cette profondeur, les terrains se tassent et obligent les ouvriers à avancer lentement. Elle est remise en veille de 1829 à 1832. Elle est reprise pour fermer définitivement le 16 décembre 1833. Le puits est conservé pour l'aérage de Marie-Louise jusqu'au 18 février 1835. Le puits est comblé entre la surface et -109 m. Un serrement est réalisé sous le tourtiat.

 stebarbe01.jpg

archives lewarde

> L’écluse : 1805-1835 Anzin Le houiller est atteint à 47 m.

> Les prés  : 1805-1805 Fresnes sur Escaut . C’est une avaleresse. Le puits n’atteindra jamais le charbon.

pre01

pre02

> Saint Rémi : 1805-1883 Fresnes sur Escaut Le houiller est atteint à 40 m et le puits atteindra 181 m. Les côtés de son cuvelage carré faisaient 1,94 m. Le puits est serrementé en 1823 mais il sera de nouveau en service pour l’aérage de la fosse Bonne Part. Il sera serrementé définitivement en 1883. On trouve aussi l’écriture “Saint Rémy”.

 stremi01.jpg

archives Lewarde

> Saint Grégoire : 1805-1805 Hergnies C’est une avaleresse. Elle est arrêtée à 14 m de profondeur

gregoire01

gregoire02

 > Saint Charles  : 1806-1840 Valenciennes Profondeur atteinte 215 m

> 2ième fosse  : 1806-1854 Hergnies Elle atteignit 169 m de profondeur

> Marmier : 1808-1854 Hergnies

> Marie Louise : 1809-1835 Vieux Condé

La fosse est ouverte le 1 octobre 1810 et rencontre la veine 9 paumes en 1811 à 25 toises. Le creusement se poursuit jusqu'à 76 m puis mis en sommeil en attendant une machine à molettes. Sans demande de charbon, l'exploitation de la veine ne débute qu'en 1812. Le creusement se poursuit jusqu'en 1814 avec un étage à 248 m. Cet étage permet l'évacuation des eaux vers 3 arbres. Le 3 juillet 1822, l'extraction qui se faisait aux étages 156 et 220 est abandonnée avec tout le matériel. La fosse est reprise en 1824 avec les étages 156, 220 et 234 qui exploitent les veines 5 paumes, A. filons, Masse, Elisabeth et 6 paumes. Devant le bon rendement de la fosse, la machine d'extraction à tambour vertical est remplacée par un tambour horizontal en 1825. En même temps, on installe un nouvel accrochage à 108 m. Les galeries sont munies de « chemins de roulement en fer battu pour roues à rainures ». L'exploitation reprend en février 1826 mais les charbons maigres extraits se vendent mal. Le rendement est volontairement limité pour éviter les invendus. En 1829, la situation s'améliore et Marie-Louise devient une des fosses les plus productives. L'ouverture d'étages intermédiaires se poursuit en 172, 188 et 201 en 1831. Pourtant le dernier étage mis en service en 1833 ne fournit que 25 à 30000 tonneaux ce qui plombe l'avenir de la fosse. L'extension du champ d'exploitation faisait craindre l'arrivée des eaux contenues par les anciennes fosses Léonard et Stanislas abandonnées en 1789. Le raval du puits ne montrait pas beaucoup d'avantages bien au contraire. La fosse plus profonde que les autres aurait été le réceptacle des eaux et aurait réduit la rentabilité de la fosse. La dernière veine A. Filons à l'étage 172 est exploitée. L'exploitation cesse le 11 février 1835. Le bâtiment en surface est détruit, la machine démontée. Le puits est comblé jusqu'au tourtiat puis serrementé. Le cuvelage a été entièrement récupéré. Profondeur 248 m.

  
> Moulinet : 1812-1814 Valenciennes Profondeur atteinte 19 m. C'est une avaleresse.
 

> Grand Wez : 1812-1879 Fresnes sur Escaut Le puits atteindra 267 m avec 1,94 m de côté. La fosse produit en 1816 et arrête l’extraction en 1844. Elle sert à l’aérage de Bonne Part et Outre Wez jusqu’en 1879 date à laquelle elle sera serrementée.

 gfwez01

gdwez02

> La cave  : 1815-1816 Anzin Un premier puits est foncé mais restera à l’état d’avaleresse.

> La cave: 1816-1879 Anzin Le second puits sera effectif. Le houiller est atteint à 110 m.

> Neuve Machine : 1816-1916 Vieux Condé Le puits sera foncé à 368 m. Le puits aura la forme caractéristique et originale d’un octogone qui pouvait s’inscrire dans un cercle de 2,30 m de diamètre. Les installations sont prêtes en 1823. Elle comportera 6 étages. Jusqu’en 1857 la fosse dépend de sa voisine vieille machine puis elle devient le puits d’exhaure de vieille machine, trou martin notamment.

Elle est démantelée en 1886 après la mise en service d’une pompe à l’étage 407 de vieux condé mais un ventilateur est installé pendant la réfection de Vieux Condé. Il assurera l’aérage de Vieux condé 1 pendant les travaux à Vieille machine. Il sera ensuite mis en sommeil et finalement remblayé et serrementé en 1916.

> Outre Wez : 1817-1883   Fresnes sur Escaut  Le puits atteindra 293m après avoir passé le houiller à  44 m. Le puits avait la forme octogonale de l’époque. L’extraction démarre en 1823 et cesse en 1867. Il sert à l’aérage de Bonne Part . il est serrementé en 1883 mais rouvert pour assurer le retour d’air de Vieux Condé. Il est définitivement remblayé en 1916.

> La sentinelle : 1818-1852 La sentinelle Le puits atteindra 168 m. La fosse sera par la suite transformée en église pour les Mines d’Anzin fonction qu’elle occupe encore aujourd’hui.

sentinelle01

archive Lewarde

dispensaire

sentinelle03


 

> Bon air : 1819-1843 La sentinelle Le puits ne sera profond que de 85 m

bonair01

bonair02


Date de création : 24/10/2016 @ 10:25
Catégorie : Les sites miniers - Le bassin NPC-Groupe de Valenciennes-Mines d'Anzin
Page lue 612 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Votre soutien

Notre travail, ce site internet ont un coût

10€/an
 

Montant libre

instagram.jpg googleplus.png linkedin.png pinterest.jpg

Les sites miniers
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
64 Abonnés