Boutique Apphim

caddie.jpg

L'asso et ses actions
Sauvegardes en cours
Historique des actions
Archives de notre activité
Webmaster - Infos
Visites

 708180 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Recherche
Recherche

Joseph VOGT est né le 10 octobre 1847 à Soultz dans le Haut-Rhin. Après la guerre de 1870, il travaillait dans une fonderie à Masevaux, créée en 1865 par son père et son frère Xavier. Les affaires prospèrent pour la famille VOGT qui acquière une autre fonderie à Mulhouse et une cuivrerie à Niederbruck. Joseph se passionnait très vite pour la prospection minière. Il est élu Maire de la commune de Niederbruck près de Masevaux puis conseiller général du Haut-Rhin en 1894. Sa double qualité d'industriel et de notable lui permit d'entretenir un réseau de connaissances. Il comptait parmi celle-ci l'une des grandes dynasties du textile alsacien, les Zurcher, installés à Cernay, petit village au pied des Vosges, village dont était originaire l’épouse de Joseph Vogt. En 1892, il achetait des parts de concessions pétrolières de Durrenbach dans le Bas-Rhin, village voisin de Merkwiller-Pechelbronn, et devint propriétaire d'une société « Gute Hoffnung » (Bonne Espérance). Le pétrole permit à Joseph VOGT de se spécialiser dans la fabrication de matériels de sondage et plus particulièrement dans la construction de tours de forage. Joseph VOGT, en quête d'un hypothétique prolongement du gisement charbonnier de Ronchamp, près de Belfort, était d'avis que du charbon pourrait se trouver dans la plaine d'Alsace. De là, naquit l’idée de faire des sondages dans la forêt du Nonnenbruch, terrain situé entre Cernay et Lutterbach sur la commune de Wittelsheim, appartenant à ses amis Albert et Amélie Zurcher. En vue de réunir le capital nécessaire aux sondages, Joseph VOGT demandait une participation financière à ses amis JB.GRISEZ, au docteur Emile Fischer son beau-frère ainsi qu’à Albert Zurcher et sa sœur Amélie Zurcher.
Joseph VOGT créa plus tard en 1910, la « Société KALI Sainte-Thérèse » dont il fut le premier Président du Conseil d'Administration. Il confia la Direction d’exploitation de la nouvelle société KST à son fils, Fernand Vogt.


Joseph VOGT meurt le 17 septembre 1921, à l’âge de 74 ans.


Joseph VOGT le découvreur de la POTASSE d’Alsace
1847 : Joseph VOGT est né le 10 octobre à Soultz dans le Haut-Rhin
1881 : les frères VOGT prennent en main une ancienne usine de Niederbrück
dans la vallée de Masevaux
1884 : J.Vogt devient membre du cercle très restreint de la (S.I.M.),
la « Société Industrielle de Mulhouse ».
1892 : J.Vogt devient actionnaire majoritaire de la G.G.H. « Gewerkschaft
Gute Hoffnung » (Société Bonne Espérance) de Durrenbach près de
Pechelbronn – Merkwiller. dans le Bas-Rhin
1892 : les trois fonderies et la cuivrerie VOGT de Niederbruck emploient à
l’époque 700 personnes.
1895 : J.Vogt devient actionnaire majoritaire de la société G.G.H.
« Gewerkschaft Gute Hoffnung » de Dürrenbach dans le Bas-Rhin
1900 : J.Vogt crée la « Tiefbohrgesellschaft Gute Hoffnung » (Société de
Sondage Bonne Espérance) de Niederbrück dans le Haut-Rhin
1900 : J.Vogt installe une tour de forage à Mortzwiller dans le Sundgau
1903 : J.Vogt exécute un sondage près de la gare de Sentheim
1904 : J.Vogt installe une tour de forage à Wittelsheim , dans le Nonnenbruch,
tout près de la voie ferrée Mulhouse-Thann

  • le 11 juin il commence le sondage,
  • le 31 octobre, il arrête le sondage à une profondeur de 1119m
  • il découvre deux couches de chlorure de POTASSIUM (*)

1906 : le 13 juin, J.Vogt entre au Conseil d’Administration de la « Gewerkschaft
Amélie », propriétaire de 187 (sur 1000) actions minières de la société.
1910 : J.Vogt crée, le 6 juin, la société minière KST « Kali Sainte Thérèse ».
Il en confia la Direction à son fils Fernand Vogt
1910 : le 4 novembre, J.Vogt rachète à la « Gewerkschaft Amélie » les actions
minières des concessions ALEX et RODOLPHE. La société KST possédait
à l’époque 28 concessions de 200 ha, soit 5 600 ha.
1911 : J.Vogt et KST commencent le fonçage du puits ALEX le 13 février
1911 : KST commence le fonçage du puits RODOLPHE 1 le 28 avril
1912 : KST commence le fonçage du puits Ensisheim 2 au mois de février
1912 : KST commence le fonçage du puits Ensisheim 1 au mois de juillet
1921 : J.Vogt décède le 17 septembre à Niederbrück.


Après la mort du Président J.VOGT, KST fonça encore 4 puits sous la Direction de Félix Cussac :
- Rodolphe 2 en juin 1925,

  • Ungersheim 1 en mars 1928,
  • Ungersheim 2 en mars 1929,
  • Ensisheim 3 en 1929.


(*) voir la « Chronique des MDPA – 2003 » de Roger Weissenberger.


 



Fernand VOGT, fils de Joseph Vogt, né le 9 novembre 1877 à Masevaux, participait activement aux travaux de sondages de son père. Fernand VOGT faisait partie, en 1907, de la Direction des travaux du fonçage du premier puits AMELIE 1. Premier Directeur de la « Société KALI Sainte-Thérèse » en 1910, il était responsable de la construction des mines KST : Alex, Rodolphe et Ensisheim. Déporté en Allemagne durant la première Guerre mondiale, il reprit la Direction de KST en 1918. En 1923, Fernand VOGT quittait la Direction de KST pour se consacrer à la « Fonderie VOGT » de Mulhouse qui venait de racheter les « Etablissements de construction mécanique Ducommun ». Sa compétence le fit contribuer à l’évolution de l’industrie alsacienne. C’est ainsi qu’il coopérait aux « Produits chimiques de Thann », aux entreprises de « Colorants textiles de Mulhouse », aux « Isolants Haefely » de Saint-Louis ainsi qu’a la « Station thermale de Morsbronn » située au nord de Haguenau. Il fut l’un des fondateurs de la « Société Commerciale des Potasses d’Alsace » (SCPA) de Mulhouse. Il participa par ailleurs à la création du port fluvial de Strasbourg et à l’aménagement du Rhin et de son canal.


Chevalier de la Légion d’honneur, il meurt le 30 avril 1938, à l’âge de 61 ans.


 

Jean - Baptiste GRISEZ est né le 2 août 1861. Opérant à la baguette de sourcier, il était à la recherche d'eau, de pétrole et de charbon. Collaborateur et ami de Joseph Vogt, il était engagé à hauteur de 12,5% dans la « Société en participation pour la recherche de gisements de houille en Alsace » créée le 21 mai 1904, société qui exécuta tous les sondages dans le bassin potassique de 1904 à 1909. Mais, le consortium créé par Joseph Vogt sous la dénomination « Société Minière Amélie », céda toutes ses parts minières (Kuxes) à la « Deutsche Kaliwerke » en 1910. Après la main mise des « Deutsche Kaliwerke » sur la « Société Minière Amélie », JB.GRISEZ en retira ses capitaux. Brasseur de bière à Lachapelle-sous-Rougemont dans le territoire de Belfort, il y laissa une affaire prospère.


Souffrant de diabète, il mourut le 12 décembre 1915 à l’âge de 54 ans.


Amélie ZURCHER, est née le 27 août 1858 à Bollwiller dans le Haut-Rhin. Ses parents, Louis-Joseph-Théodore Zurcher (1817-1889), directeur, propriétaire d’une usine textile à Bollwiller, et Mélanie, née Baumann (1817-1892), habitaient le château de Bollwiller. Après la mort de son père en 1889, elle s'installait à Cernay à la ferme du Lutzelhof sur l'Ochsenfeld. En 1934, interrogée par la « Gazette des Mines de Potasse» de Mulhouse, elle racontait qu'en 1893, visitant la fonderie de Joseph Vogt à Niederbruck, elle vit pour la première fois une tour de forage et suggérait à son frère Albert de faire un sondage sur ses terres. Dix années plus tard, en 1903, elle décidait de participer au financement des sondages de Joseph Vogt et Jean-Baptiste Grisez à hauteur de 12,50 %.
C’est sur les terres d’Amélie Zurcher, dans la foret du Nonnenbruch, que Joseph VOGT découvrait la potasse.


La mort vint frapper Amélie ZURCHER en pleine lucidité, le 8 juin 1947 à l’âge de 89 ans à l’hôpital de Mulhouse. Elle repose en paix dans le cimetière de Cernay.

alsaceamelie01.jpg



[…] références des documents dont vous trouverez les détails dans la bibliographie 
de la « Chronique des MDPA de 2003 ». Travail de Roger Weissenberger avec son autorisation


Carte 1927


Les renseignements d'ordre technique sur les puits et machines d'extraction, ainsi que les résultats d'exploitation (productions) cités dans les articles sur les Mines de Potasse d'Alsace, proviennent des " Chroniques des MDPA de Roger Weissenberger, ingénieur retraité des MDPA

La découverte de la postasse (travail de Roger Weissenberger)

 
potasse03.jpg

La Potasse? C’était quand la découverte?

Sujet abordé régulièrement aux diverses manifestations : journées du patrimoine, Sainte Barbe, visites au carreau Rodolphe, aux écoles du bassin potassique, etc.

Quelle est la date et le lieu de la découverte de la Potasse ?

L’un des faits historiques des MDPA est celui de la date et du lieu de la découverte de la potasse. Il est en effet de notoriété publique que la potasse fut découverte en juin 1904 en un lieu en face des anciens Ateliers Centraux des MDPA sur la route de Richwiller où fut érigé un monument par les MDPA, en souvenir de la découverte de la Potasse … ce qui n’est pas vrai.

1 - Date de la découverte de la Potasse :

La potasse a été découverte lors du premier forage de prospection de Joseph VOGT en 1904 (1). Ce forage, au sud de Wittelsheim (2), dans la forêt du Nonnenbruch, était situé sur un terrain appartenant à Mlle Amélie ZÜRCHER.

Les travaux de forage commencèrent le 2 juin 1904, se terminant le 12 novembre 1904 à une profondeur de 1119 m (documents 1 et A10c). Après 5 jours de travaux de montage, 33 jours de forage au trépan et 77 jours de forage à la couronne de diamant, la couche supérieure de potasse fut atteinte.

La POTASSE a donc été découverte fin septembre 1904 (probablement le 27.09).

2 – Lieu de la découverte :

Le forage de la découverte « W1 » était situé à 3,5 km au sud de Wittelsheim, à l’est de l’ancienne mine Joseph-Else, sous le tas de résidus non loin du puits Else.

Un lieu, dont les « coordonnées Lambert » sont les suivantes :

  • longitude : 967.025.999

  • latitude : 320.180.362

Voir le plan (document A10b)

alsacesondage01.jpg
Lieu de la découverte

NB1 : les deux documents A10b et A10c on été publiés en mars 1986 dans le Bulletin N°3 de « L’Association de la Maison du Mineur de Graffenwald ». Association dont Roger Weissenberger, vice-président, était également responsable de l’atelier d’Histoire.

NB2 : remarques au sujet du plan A10b :

– les noms des deux cités (colonies) de Joseph-Else sont à inverser : en effet la

« Cité Joseph-Else » (l’ancienne colonie) se trouve du coté de la mine, à l’est de la

route de Reiningue alors que la « Cité Graffenwald » (la nouvelle colonie) se trouve

à l’ouest de la Route de Reiningue.

– Graffenwald s’écrit avec deux « f »,

– Grasegert s’écrit bien avec un seul « s » et non deux comme marqués sur les

panneaux communaux et dans les articles des journaux.

PJ : page A10b et A10c Roger Weissenberger - 15 juin 2011

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

  1. Bulletin de la SIM (Société Industrielle de Mulhouse) – Avril 1912

  2. Chronique des MDPA de Roger Weissenberger – Edition 2003 (page 16)

  3. Bulletin N°3 – mars 1986 (page 17) - Association de la Maison du Mineur

  4. Bulletin N°3 – (page 16) – Association de la Maison du Mineur

Les sondages (travail de Roger Weissenberger)
 

Historique des sondages

de recherche de Potasse ...

dans le bassin potassique du Haut-Rhin en Alsace.

1904 : au mois de juin, le premier sondage « Wittelsheim 1 » a été commencé.

1904 à 1913 : 113 sondages ont été forés dans les concessions. Ils sont repérés par le nom de la commune d’implantation suivi d’un numéro d’ordre (ou d’une lettre dans quelques cas).

1926 à 1939 : 14 sondages ont été réalisés (10 jusqu’en 1930 et 4 entre 1937 et 1939). La série des DP (Domanial Potasse) commence en 1927 avec le DP1 (Wittelsheim).

1947 à 1967 : 54 sondages ont été réalisés. Les deux derniers DP (DP 211 et DP 212, en 1966 et 1967) n’ont pas été répertoriés dans le catalogue général.

1980 : un sondage d’expérimentation de la fracturation est foré à Max.

En 1941, Vinceslav Maïkovski, chef du service géologique des MDPA, dans son étude paléontologique, cite 93 forages, dont 17 puits et 76 sondages numérotés, répertoriés dans un catalogue des MDPA.

Vous trouverez la carte géologique avec leur implantation en page 277 dans le deuxième tome de la

«  Chronique des MDPA - 2003 » de Roger Weissenberger.
 

Bassin Potassique Alsacien.

Sondages effectués de 1904 à 1967 :

Les puits :

N°1 – Amélie 1

N°2 – Amélie 2

N°3 – Anna Est

N°4 – Anna Ouest

N°5 – Else

N°6 – Fernand Est

N°7 – Fernand Ouest

N°8 – Joseph

N°9 – Marie

N°10 – Marie-Louise

N°11 – Max

N°12 – Prince Eugène

N°13 – Théodore

Les sondages :

N°14 – Battenheim (Ba I)

N°15 – Berrwiller (Be I)

N°16 – Berrwiller (Be II)

N°17 – Berrwiller (Be III)

N°18 – Bollwiller (Bo I)

N°19 – Bollwiller (Bo II)

N°20 – Bollwiller (DP IX)

N°21 – Bollwiller (DP XI)

N°22 – Bourtzwiller (Bu I)

N°23 – Cernay (Ce I)

N°24 – Cernay (Ce II /Se II)

N°25 – Cernay (Ce IV)

N°26 – Dintzenwald (DP X)

N°27 – Dintzenwald (DP WII)

N°28 – Ensisheim (E II)

N°29 – Ensisheim (E IV)

N°30 – Ensisheim (E V)

N°31 – Ensisheim (E VI)

N°32 – Ensisheim (E VII) N°33 – Ensisheim (E VIII)

N°34 – Ensisheim (E IX)

N°35 – Heimsbrunn (H I)

N°36 – Illzach (Ilz I)

N°37 – Illzach (Ilz II)

N°38 – Illzach (Ilz III)

N°39 – Kingersheim (Kg I)

N°40 – Kingersheim (Kg II)

N°41 – Lutterbach (Lu I)

N°42 – Lutterbach (Lu II)

N°43–Niedermorschwihr(NmI

N°44 – Pfastatt (Pf I)

N°45 – Pfastatt (Pf II)

N°46 – Pfastatt (Pf III)

N°47 – Pulversheim (Pu I)

N°48 – Pulversheim (Pu III)

N°49 – Reiningen (Rei I)

N°50 – Reiningen (Rei II)

N°51 – Reiningen (Rei III)

N°52 – Reiningen (Rei IV)

N°53 – Reiningen (Rei V)

N°54 – Reiningen (Rei VI)

N°55 – Reiningen (Rei VII)

N°56 – Reiningen (Rei VIII)

N°57 – Richwiller (Ri I)

N°58 – Richwiller (Ri II)

N°59 – Richwiller (Ri III)

N°60 – Richwiller (Ri IV)

N°61 – Ruelisheim (Rul I)

N°62 – Ruelisheim (Rul II)

N°63 – Sausheim (Sa I)

N°64Schoenensteinbach(DPII

N°65 – Soultz (So I)

N°66 – Staffelfelden (St I)

N°67 – Staffelfelden (St II)

N°68 – Staffelfelden (St III)

N°69 – Staffelfelden C (St C)

N°70 – Staffelfelden (DP VI)

N°71 – Uffholtz (Uf I)

N°72 – Uffholtz (DP VIII)

N°73 – Wattwiller (Wa I)

N°74 – Wattwiller (Wa II)

N°75 – Wattwiller (DP VII)

N°76 – Wittelsheim (W I)

N°77 – Wittelsheim (W II)

N°78 – Wittelsheim (W III)

N°79 – Wittelsheim (W IV)

N°80 – Wittelsheim (W V)

N°81 – Wittelsheim (W VI)

N°82 – Wittelsheim (W VII)

N°83 – Wittelsheim (W VIII)

N°84 – Wittelsheim (W IX)

N°85 – Wittelsheim (W X)

N°86 – Wittelsheim (W XI)

N°87 – Wittelsheim (W XII)

N°88 – Wittelsheim (W XIII)

N°89 – Wittelsheim (W XIV)

N°90 – Wittelsheim (DP I)

N°91 – Wittenheim (Wi I)

N°92 – Wittenheim (Wi II)

N°93 – Wittenheim (Wi III)

N°94 – Wittenheim (Wi IV)

N°95 – Wittenheim (Wi V)

N°96 – Wittenheim (Wi VI)

N°97 – Wittenheim (Wi VII)

N°98 – Wittenheim (Wi VIII)

N°99 – Wittenheim (Wi IX)

N°100 – Wittenheim (Wi X)

N°101 – Wittenheim (Wi XI)

Les Puits :

N°102 – Alex

N°103 – Ensisheim I

N°104 – Ensisheim II

N°106 – Rodolphe I

N°107 – Rodolphe II

N°108 – Ungersheim I

N°109 – Ungersheim II

Les sondages :

N°110 – Battenheim (Ba A)

N°111 – Battenheim (Ba B)

N°112 – Battenheim (Ba C)

N°113 – Ensisheim (E I)

N°114 – Ensisheim (E III)

N°115 – Ensisheim (E X)

N°116 – Ensisheim (E XI)

N°117 – Ensisheim (E XII)

N°118 – Ensisheim (E XIII)

N°119 – Ensisheim (E XIV)

N°120 – Ensisheim (E C)

N°121 – Ensisheim (E D)

N°122 – Feldkirch (Fe I)

N°123 – Feldkirch (Fe II)

N°124 – Feldkirch (Fe III)

N°125 – Feldkirch (Fe IV)

N°126 – Feldkirch (Fe V)

N°127 – Meyenheim (Mei I)

N°128 – Oberentzen (Oe I)

N°129 – Pulversheim (Pu II)

N°130 – Pulversheim (Pu IV)

N°131 – Pulversheim (Pu V)

N°132 – Raedersheim (Ra I)

N°133 – Raedersheim (Ra II)

N°134– Raedersheim (Ra III)

N°135– Raedersheim (Ra IV)

N°136 – Reguisheim (Rg I)

N°137 – Reguisheim (Rg II)

N°138 – Reguisheim (Rg A)

N°139 – Reguisheim (Rg C)

N°140 – Reguisheim (Rg D)

N°141 – Reguisheim (Rg E)

N°142 – Reguisheim (Rg F)

N°143 – Ungersheim (U I)

N°144 – Ungersheim (U III)

N°145 – Nord (Blodelsheim)

N°150–Munchhouse (Mu IIn)

N°151– Munchhouse (Mu IV)

N°152– Munchhouse (Mu Vn)

N°153– Munchhouse (Mu VI)

N°154–Munchhouse (Mu VII)

N°157– Hettenschlag (H IV)

N°158–Niederhergheim(Nh I)

N°159-Niederhergheim(NhII)

N°160Niederhergheim(NhIII)

N°161Niederhergheim(NhIV)

N°162– Oberhergheim (Oh I)

N°163–Oberhergheim (Oh II)

N°164Graviers(Blodelsheim)

N°165 – Graviers 2

N°166 – Graviers 3

N°167 – Graviers 4

N°168 – Graviers 5

N°169 – Graviers 6

N°176 – Biltzheim (Bh)

N°178 – Meyenheim (Mei IV)

N°179 – Niederentzen(Ne II)

N°180 – Oberentzen (Oe III)

N°181 – Oberentzen (Oe IV)

N°182 – Appenwihr (Aw)

N°186 – Bischwihr (Bw)

N°189 – Cernay (Ce III)

N°190 – Dintzenwald (Dw)

N°191 – Ensisheim (E A)

N°192 –Fessenheim(DP XIII)

N°194 – Fortschwihr (F II)

N°196Geisswasser(GDPIVbis)

N°197 – Heiteren (DP V)

N°198 – Hettenschlag (H III)

N°199 – Hettenschlag (H V)

N°200 – Hilsenheim (DP XV)

N°201 – Hirtzfelden (Hz I)

N°202 – Hirtzfelden (Hz II)

N°203 – Hombourg (DP III)

N°204 – Logelheim (Lh)

N°207 – Michelbach (Mi)

N°208 – Munchhouse (Mu I)

N°209 – Munchhouse (Mu II)

N°210 – Munchhouse (Mu I)

N°211–Munchhouse(Mu IIIn)

N°212– Nambsheim (DP XIV)

N°213 – Niederentzen (Ne I)

N°215 – Oberwald (Ob I)

N°216 – Ostheim (O)

N°217 – Reguisheim (Re B)

N°221–Schweighouse (Sch I)

N°222 – Ungersheim (Ug II)


Textes et images Roger Weissenberger/MDPA


 


Date de création : 21/12/2010 @ 20:32
Dernière modification : 18/02/2013 @ 14:10
Catégorie : Les sites miniers - Le bassin d'Alsace
Page lue 6386 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Votre soutien

Vous aimez notre travail, soutenez-nous

10€/an
 

Montant libre

Les sites miniers
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
62 Abonnés