Boutique Apphim

caddie.jpg

L'asso et ses actions
Sauvegardes en cours
Historique des actions
Archives de notre activité
Webmaster - Infos
Visites

 863540 visiteurs

 10 visiteurs en ligne

Recherche
Recherche
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://apphim.fr/data/fr-articles.xml

L'autorisation d'ouvrir une nouvelle fosse sur Wallers remonte à 1876 mais le projet n'est pas mis en exécution. Le nouveau puits dont la mise en route est prévue en 1901 comportera 2 puits l'un de 3.65 m de diamètre, destiné à l'aérage et l'autre de 5 m de diamètre pour l'extraction. En 1898, un sondage de reconnaissance est mené mais les tiges s'enlisent à 40 m de profondeur. Un second sondage est effectué. On se rend vite compte que le fonçage se fera dans les sables mouvants avant d'arriver à la craie. Elle porte le nom du Prince Auguste d'Arenberg, un administrateur de la Compagnie. Le fonçage se fera par trousse-coupante.

Le banc de sable est très résistant et la roue en fonte se brise en 1899. Les sables seront franchis en septembre de la même année pour le puits 1. Pour le 2, les opérations se passent mieux mis à part une arrivée d'eau en atteignant dans la craie. En 1899, le puits atteint 45 m et il est cuvelé sur 40 m. La première veine exploitable est atteinte en novembre à 209 m. Cette veine  de charbons maigres est d'une propreté remarquable. Une recette est établie sous le niveau 220 du puits 2. L'exhaure est assurée par une pompe Burton. Le guidage se fait par câbles. On établit une communication entre les deux puits en 1901 et l'on s'occupe des installations de surface. Le fonçage du puits 1 reprend mais les terres sont remontées par le 2.



 

On prépare un deuxième étage à 334 m. Les veines sont découvertes les unes après les autres : Alix, Pierre, Louise, Ernest, Jean, Charles, Bernard, Marie, Melchior, François et Robert. En novembre 1902, le puits 1 est accroché à  334 m et reliés avec le 2. Les puits sont équipés de guidage. En janvier 1904, l'extraction est de 10160 T/J.  En 1906, l'extraction totale est de218915 T. En 1906, le raval du puits 2 débute.
 


Puits 1

puits 2


Les installations se terminent : écuries, albraques. La production stagne jusqu'en 1914 à cause du manque de main d’œuvre. En 1914, les travaux sont arrêtés pour cause de mobilisation puis de la guerre. Les pénuries de la guerre, le rationnement ralentissent les travaux. En 1918, la démolition des installations par les allemands met la fosse à l'arrêt. En 1936, le chevalement du 1 est surélevé avec deux molettes superposées. La machine d'extraction est replacée par une poulie Koëpe. Le puits assure l'extraction et l'entrée d'air. En 1940, c'est le bombardement des centrales qui met la fosse au chômage et le noyage du fond. Dès le mois d'août, l'extraction peut reprendre. L'exploitation reprend son cours normal et atteint 486640 T en 1955. Envisagé depuis la nationalisation, le puits 3 est foncé en 1954 au diamètre de 6,50 m. Il est foncé d'abord  à -334 m. Le puits est surmonté d'un chevalement portique à 4 molettes 2 à 2 superposées.

puits 3-4

L'extraction commence le 28 août 1961 par 4 cages à 3 étages avec des berlines de 3000 L. Le puits est compartimenté, on dira donc qu'il y a 4 puits sur le site. Le puits 1 cesse l'extraction et devient puits de service et le puits 2 sert au remblayage par schistes, grâce à une tuyauterie installée dans le puits.

Un lavoir à grain est construit derrière la fosse. La fosse traite alors 3000 T/J. En 1969, le puits 1 est équipé d'un guidage par câbles et il est aménagé pour recevoir des berlines de 3000 L. Il sert alors de bure entre les étages -314 et -578 m. En 1975, le puits 3 est ravalé à -494 m, le 4 à -414 m. Il est d'abord creusé au diamètre de 4,12 m jusqu'à -578 m puis agrandi en octobre 1975 à 6,50 m. Dès 1977, le nouvel étage d'exploitation entre en service. Le 1er juillet 1976, le lavoir cesse son office. Les charbons sont expédiés par train au lavoir Barrois puis au lavoir du 10 d'Oignies. En 1982, le puits 3 est approfondi à -670 m. Une bowette descendante à 13% à partir de l'étage -578 m jusqu'à -670 m est entreprise; le puits est approfondi de 90 m. Pour la première fois le creusement de cette bowette est assuré par un tunnelier. Il entre en action en 1984. La progression est de 10 m/J en moyenne. Les compartiments 3 et 4 sont accrochés à -670m en 1986.


arenberg13.jpg

Le vendredi 24 mars 1989, les dernières berlines remontent pour la presse. La dernière remonte date du 31 mars 1989. La fosse a produit 31845000 T. Le puits 1, 606 m, le 2, 416 m et le 3-4, 689 m sont remblayés fin 1989.


La plupart des bâtiments sont conservés et classés aux monuments historiques.


Date de création : 24/10/2016 @ 12:48
Catégorie : Les sites miniers - Le bassin NPC-Groupe de Valenciennes-Mines d'Anzin
Page lue 707 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Votre soutien

Notre travail, ce site internet ont un coût

10€/an
 

Montant libre

instagram.jpg googleplus.png linkedin.png pinterest.jpg

Les sites miniers
 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
63 Abonnés