Boutique Apphim

caddie.jpg

L'asso et ses actions
Sauvegardes en cours
Historique des actions
Archives de notre activité
Webmaster - Infos
Visites

 669649 visiteurs

 6 visiteurs en ligne

Recherche
Recherche

amelie14.jpg

Logo de la mine Amélie

mdpa01.jpg

Puits Amélie 1

DSCF1409

Vue aérienne de la mine Amélie en 1986.

Am_lie_1

Le nom du puits provient d'Amélie Zurcher.

Le 22 avril 1908 les travaux du premier puits alsacien Amélie 1 débutent par congélation des sols. Le puits est profond de 664 m pour un diamètre de 5.5 m. En 1909, les travaux s'arrêtent à 689 m. Le puits possède 4 compartiments, deux pour l'extraction (machine à vapeur et machine électrique), un pour les échelles et le dernier pour le retour d' air. En 1923, 4 morts sont à déplorer suite à un coup de grisou.

Le puits est équipé d' un nouveau chevalement métallique orienté vers le Sud ainsi que du premier Skip de 8T en 1931.

Deuxième chevalement 

La machine est un tambour bicylindroconique. Entre 1950 et 1952, à l'arrêt du 2, le puits 1 sera équipé d'un nouveau chevalement de 58 m, tourné vers l'Est, deux skips de 18T et une machine bicylindroconique de deux fois 1440 kW. La production annuelle du puits atteindra 2 millions de tonnes! Une usine à bicarbonate est construite en 1957.

amelie18.jpg

Troisième chevalement, Photo association Kalivie

Am_lie_1_d
Plan du site

En 1969, une poulie Koëpe bi-câbles prend le relais et permet le ravalement du puits à -710 m. En 1972, 3 mineurs laissent leur vie suite à un éboulement. Des skips de 25T transitent dans le puits en 1984. Les installations sont arrêtées progressivement : usine à brome en 1987, fabrique thermique en 1991. Le 24 octobre 2002, l' extraction est arrêtée pour le dernier puits des MDPA encore en service.

Amélie 1 est remblayé en 2006, le chevalement est abattu en 2008.

Total extraction: 164 Millions de Tonnes.

L'immense complexe du carreau Amélie a été détruit entre 2002 et 2009. A l'exception du terril, il est difficile d'en retrouver des vestiges.

04

A proximité du puits Amélie 1 et le terril au fond

07

Bureaux de gestion du personnel MDPA abandonnés

Locotracteurs en circulation à Amélie 1 et 2 (travail Pierre Ombrouck)


locomdpa03.jpg

3 locotracteurs BERRY 2797 R6 à moteur diesel Renault 6I-140 de 125 ch, masse de 24 tonnes

5 locotracteurs BERRY 2794 F6 à moteur diesel Willème F6M de 175 ch, masse de 23 tonnes

Ces 8 machines circulaient sur voie de 1 m 120 au fond des puits Amélie 1 et 2 des MDPA

Travail de Roger Weissenberger

AMELIE (VA) mine mère des MDPA

Amélie la première et la dernière

Le 27 août 1909, la première couche de Potasse du bassin alsacien fut atteinte au puits de la mine Amélie à Wittelsheim, à une profondeur de 627m. Dès 1910, l’exploitation commençait à la mine Amélie 1, puis en 1914 à la mine Amélie 2. Elle se terminera le 24 octobre 2002 après avoir assuré une extraction totale de 164 millions tonnes de sel brut.

Amélie : la « mine-mère » des Mines de Potasse d’Alsace, fut toujours précurseur, en tous domaines des activités aux MDPA. Les techniques minières y furent essayées avant applications dans les autres mines.

Au JOUR : dans la première unité de traitement thermique,  la fabrique, on traitera le premier potassium à 60% K²O. En 1931, on y installera la première cristallisation sous vide. En 1967, la cristallisation Swenson produisait la première production de gros grain. En 1986, on y installera une unité moderne de traitement à froid, par flottation. Trois chevalements successifs, premier skip d’extraction, première machine d’extraction en marche automatique, première production d’électricité, première usine à brome, usine de bicarbonate … c’était Amélie.

Le 31 mars 2008, dans un grand fracas de ferraille et un immense nuage de poussière, le chevalement de la mine Amélie a été abattu dans l’après-midi à 15h !

Au FOND : après 40 années d’extraction manuelle, ce fut l’ère des machines. Les premières machines américaines JOY furent essayées à Amélie. Premières tailles à chambres et piliers, première taille à havage intégrale, premier soutènement marchant hydraulique. Premier grand roulage sur voies ferrées de 1,12m. Le fond de la mine Amélie 1, relié à Amélie 2 puis à Max et finalement à Joseph-Else était le plus étendu du bassin avec plus de 80 km de galeries … c’était Amélie.

Autour de la mine Amélie : nous trouvons encore à ce jour (2002), le complexe le plus dense de cités minières au nombre de dix, à savoir : Amélie 1 (l’ancienne, rue Amélie Zürcher), Amélie 1 (la nouvelle, cité Attich), Amélie 2 (l’ancienne, face à l’usine de carbonate), Amélie 2 (la nouvelle, vers le pont de Richwiller), Grasegert, Langenzug, Joseph-Else, Graffenwald, Wittelsheim-Gare et Rossalmend (partie sur le ban de Wittelsheim). Les plus importantes comprennent : églises, écoles, cantines, foyer pour célibataires, coopératives, structures médicales, sportives et culturelles.

(Extraits de la «Chronique des MDPA édition 2003 » de Roger Weissenberger)


Date de création : 06/07/2011 @ 21:56
Dernière modification : 06/01/2014 @ 11:20
Catégorie : Les sites miniers - Le bassin d'Alsace-MDPA-Les Mines
Page lue 6191 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Votre soutien

Vous aimez notre travail, soutenez-nous

10€/an
 

Montant libre

Les sites miniers
 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
60 Abonnés