Boutique Apphim

caddie.jpg

L'asso et ses actions
 ↑  
Sauvegardes en cours
Historique des actions
Archives de notre activité
Webmaster - Infos
Visites

 761982 visiteurs

 10 visiteurs en ligne

Recherche
Recherche

 Journée de travail d’un mineur de fond … les mineurs, tôt le matin, par centaines, arrivaient par le train. Des vallées de Thann et de Masevaux, de la ville de Mulhouse et environs, ils arrivaient en gare de Graffenwald, située entre Lutterbach et Cernay. A l’entrée de la mine Joseph-Else, un train à vapeur des MDPA, wagons à sièges durs, chauffés par des poêles à charbon, les attendaient. Contournant le carreau de la mine Joseph-Else, le train partait en direction des mines voisines, Amélie 1, Amélie 2 et Max. D’autres voies de chemin de fer desservaient les gares de Bollwiller, Ensisheim et Richwiller à destination des mines de Kali Sainte-Thérése, de Théodore et des mines de Fernand-Anna.

D'autres mineurs, transportés par des autocars MDPA du garage central Amélie 2, parvenaient des villages de Reiningue, Heimsbrunn, Cernay, Wattwiller, Berrwiller et environs. Les mineurs des cités minières du bassin, quant à eux, se déplaçaient à bicyclette ou à pied, vers les carreaux des mines.

De lundi à samedi … l’extraction se faisait en continu, de lundi à samedi. Le dimanche, au poste du matin, des équipes assuraient les travaux d’entretien et de sécurité. En semaine, les journées au fond des mines était assurées sur quatre postes de travail. Trois postes de production de 6h à 13h15, de 13h à 20h15 et de 20h à 3h15. Le quatrième poste, exécutait les travaux préparatoires de 1h à 8h15.

Le mineur … arrivé à la mine, le mineur passait au vestiaire, enlevait ses habits civils à la « salle des pendus », appelée ainsi à cause de la multitude de vêtements accrochés à des chaînettes et pendus au plafond, il accroche ses vêtements au crochet et hisse le tout en hauteur. En face, par le même dispositif, le mineur descendait ses habits de travail, ses chaussures de sécurité, son foulard et son casque.

Sortant du vestiaire, il passait à la lampisterie, recevait sa lampe de mineur, accrochait son jeton en laiton au tableau de contrôle. Le jeton, portant son numéro matricule attestait sa présence à la mine. Par une passerelle, il accédait à la recette du jour du puits de service. Par la cage d’ascenseur du puits, il descend au fond de la mine, à une vitesse de 10m/s. Ballotté au gré des courants d’air, il ne lui fallait que deux petites minutes pour arriver à 800m de profondeur à la recette fond du puits.

De la recette fond, un engin de transport l’amenait au chantier de travail, situé souvent à quelques km du puits. Une mine comme Amélie comptait quelques 80 km de galeries. Un petit bout de chemin à pied, le voilà arrivé en taille d’exploitation. Passation des consignes de travail avec l’équipe sortante, le mineur assurait les multiples emplois de l’abattage du minerai, du transport ou encore des travaux d’entretien.

Que devenait le minerai ? … le minerai abattu par les mineurs était stocké en partie dans des silos au fond de la mine. Mais en continu, transporté au début dans des berlines, plus tard dans des skips, il était évacué au jour par le puits d’extraction. Déversé à la recette du jour, il était acheminé vers le moulin, puis vers la fabrique pour être raffiné. Le mineur du jour prenait la relève pour en extraire le chlorure de potassium, produit qui sera commercialisé par la SCPA de Mulhouse.

Le mineur … à la fin de son poste de travail, faisait le trajet inverse : transport, remontée au jour, lampisterie, vestiaire, une bonne douche. Il se hâtera vers son moyen de transport qui le ramènera chez lui. Il aura bien gagné sa journée, heureux de retrouver sa famille et … l’air libre.

Ou habitaient les mineurs ? … 60% résidaient dans les cités minières du bassin potassique, concentrées autour de Wittelsheim et de Wittenheim, 15% dans les villages et vallées de la région du sud et de l’ouest, 15% dans les villages du vignoble du nord, 8% à Mulhouse et environs, et 2% venaient du Sundgau. 


Don de Roger Weissenberger

R.Weissenberger - Chronique 2003


Date de création : 08/02/2013 @ 13:28
Dernière modification : 10/02/2013 @ 14:20
Catégorie : Les sites miniers - Le bassin d'Alsace-Divers
Page lue 4749 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Votre soutien

Vous aimez notre travail, soutenez-nous

10€/an
 

Montant libre

Les sites miniers
 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
63 Abonnés