Boutique Apphim

caddie.jpg

L'asso et ses actions
Sauvegardes en cours
Historique des actions
Archives de notre activité
Webmaster - Infos
Visites

 830460 visiteurs

 34 visiteurs en ligne

Recherche
Recherche
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://apphim.fr/data/fr-articles.xml

Après la phase abattage, la fonction chargement et transport du minerai, d'ailleurs souvent dénommée déblocage, est la plus importante et la plus déterminante en matière de performance de la mine.


1. Le chargement.


Don de Roger Weissenberger


Le chargement est l'opération de transport initial, qui consiste à amener le minerai abattu sur le moyen de transport proprement dit. Le chargement aux MDPA, comme dans nombre d'autres exploitations minières, a été effectué de différentes manières, successivement :


- manuellement à la pelle


le chargement à la main permettait d'atteindre jusqu'à 30 tonnes par homme et par poste dans les équipes payées à la tâche avant la mécanisation du chargement.


- par des pelles mécanisées


- le raclage : une pelle (ou racloir) de grande largeur (jusqu'à 3m) animée par treuil et câble, fait des allers-retours dans la galerie entre le tas de minerai abattu et le convoyeur.
- le "duckbill" : un bec pelleteur est placé à l'extrémité d'un couloir oscillant (voir 2.3.), il pénètre dans le tas lors du mouvement du couloir vers le front, le minerai progresse ensuite sur le couloir comme pour un couloir oscillant ordinaire.


- par des machines à charger :


- les chargeuses électriques sur chenilles, munies de pinces amenant le minerai sur un convoyeur central (machines JOY 14BU), elles permettent de charger le tas de minerai abattu au tir et de le rejeter sur un camion-navette (JOY 10SC)


- les tracto-chargeurs Diesel sur pneus, à godet, chargent le minerai à son lieu d'abattage et le transportent jusqu'au point de déblocage (convoyeur à bande, à raclettes, silo…)


- par les machines d'abattage elles-mêmes


les haveuses intégrales et les machines à tracer évacuent elles-mêmes le minerai abattu par un convoyeur intégré.


Sécheur don de Roger Weissenberger


2. Le transport du minerai dans les galeries.


Les deux grands moyens de transport utilisés pour acheminer le sel des chantiers jusqu'aux puits ont été le roulage jusqu'en 1973 et les convoyeurs à bande jusqu'à la fin de l'exploitation.


2.1. Le roulage


Avant 1950, berlines à voies étroites (600 mm), de capacité 800 l, d'abord poussées à la main, ensuite tractées par des chevaux, puis par des locotracteurs à air comprimé d'abord, Diesel ensuite.
Après 1950, roulage à voie large (1,12 m), et berlines de 10 t de capacité, stations de chargement et culbutage des berlines au fond.
(+caractéristiques techniques du grand roulage)




2. 2. Les convoyeurs à bande principaux


A l'arrêt du roulage en 1973, les convoyeurs à bande larges et puissants acheminent l'ensemble de la production des chantiers jusqu'aux puits.
(+ caractéristiques techniques des convoyeurs à bande).


A partir de cette même époque, les silos de stockage de sel se sont fortement développés, d'une part parce que la production unitaire des machines d'abattage a sensiblement augmenté, d'autre part et surtout parce qu'en l'absence de berlines, il n'y avait plus aucune capacité de stockage intermédiaire.


2. 3. Les moyens de déblocage intermédiaires.


Entre les chantiers d'abattage et les grands moyens de transport (roulage ou convoyeurs à bande principaux), les moyens de déblocage intermédiaires ont été :


- les couloirs oscillants, constitués par des auges (ou bacs) et animés par un mouvement cyclique à accélération dissymétrique. Le principe de fonctionnement repose sur le fait que si le matériau est soumis à une accélération faible, il reste solidaire du couloir , alors que s'il est soumis à une accélération forte, il glisse sur le couloir et avance.


- les convoyeurs à chaînes (appelés aussi à raclettes ou convoyeurs blindés), constitués par des auges (ou bacs de raclette), dans lesquelles circulent deux chaînes sans fin, reliées par des palettes ou raclettes. Le tout est tracté par un moto-réducteur.
Ce convoyeur est l'engin minier par excellence, car il peut être utilisé dans les conditions les plus difficiles (tirs, pentes, dévers, courbes légères…).
Des convoyeurs blindés de grande puissance et de plus de 200 m de longueur ont été utilisés pour le déblocage continu des machines d'abattage.


- les convoyeurs à bande secondaires entre les chantiers d'abattage et le réseau de convoyeurs principaux.


- citons également pour mémoire, les bures (trous verticaux), "descendeurs" et silos dans lesquels le sel se déplace par gravité entre deux niveaux différents. Le descendeur est un tube muni d'un plan incliné hélicoïdal pour ralentir la chute des produits.


3. Le transport du minerai dans les puits


Jusqu'en 1950, les berlines sont remontées en surface dans les cages mono ou multi étages et culbutées au jour.


Après 1950 les puits sont équipés de skips, grandes bennes de capacité jusqu'à 30 t, chargées au fond par le haut à l'aide de trémies de dosage et vidées au jour par le bas par ouverture d'une trappe. Les trémies de dosage sont alimentées soit par le culbuteur des berlines, soit par l'extracteur d'un silo.
(+caractéristiques puits, skips, installations d'extraction).

Jean-Paul Marx - mai 2003

Travail de Roger Weissenberger, avec son autorisation


Date de création : 10/02/2013 @ 09:17
Dernière modification : 17/02/2013 @ 15:36
Catégorie : Les sites miniers - Le bassin d'Alsace-Divers
Page lue 4784 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Votre soutien

Notre travail, ce site internet ont un coût

10€/an
 

Montant libre

instagram.jpg googleplus.png linkedin.png pinterest.jpg

Les sites miniers
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
64 Abonnés