En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Dernière minute

A.P.P.H.I.M Mémoire de la Mine et des mineurs

Nous rencontrer :  A.P.P.H.I.M. Local rue Basly 62710 Courrières

Permanences le lundi de 18h à 20h

(sur RDV, masque obligatoire, protocole d'accueil sur demande)

Par téléphone au  06.81.73.87.74 ou apphim@apphim.fr

Pour consulter les mineurs présents dans nos archives cliquez sur l'icône

pdf.gif

Sur le site

RUE BASSE, RUE HAUTE

Documentaire sur la cité La parisienne de Drocourt

Courrières le 24/10/2020

Ce samedi 24 octobre, le réalisateur Quentin Jagorel, présentait en quasi-avant-première son documentaire sur la cité La parisienne de Drocourt au cinéma Le Travelling de Courrières. Outre les personnalités, M. Bernard Czerwinski, Maire de Drocourt, Mmes BLOCQUET et JARRY, respectivement adjointes à l’enseignement et à la culture à la Mairie de Courrières, de nombreux drocourtois et courriérois étaient présents. Jean-Louis Huot, Mathias Toth et Aline Delamare représentaient l’APPHIM.

rue02.jpg

Le maire de Drocourt, Bernard Czerwinski, et le réalisateur, Quentin Jagorel

Après un cadrage historique, le réalisateur a donné la libre parole à ses habitants.

La fosse 1 dite "La parisienne" avant 1914

Cette cité est avant tout l’histoire d’un puits de mine : la Fosse 1 des Mines de Drocourt (Compagnie des Mines de Vicoigne-Noeux-Drocourt), dite la Parisienne. Foncée en 1879, à l'écart du village de Drocourt, elle rencontre le charbon à 291 m. Les premiers accrochages sont situés à -350, -492, -550 et -603 m. Malgré d'importantes venues d'eau, l'exploitation des charbons gras débute en 1883. Située aux abords de la cokerie de Drocourt et d'un important complexe chimique, elle cesse toute exploitation en 1947. Les installations sont démantelées et le puits profond de 899 m est remblayé en 1952. En 2009, les bains-douches et un atelier ont été détruits, seul le bâtiment de la machine d'extraction subsiste sur le site en 2020.

Vue aérienne de la cité dans les années 50

La cité avant 1914

Localisation actuelle (maisons restantes)

Le nom de cette fosse et de sa cité est un mystère. D’après les habitants, une dame venue de Paris se serait installée ici et aurait tenu commerce, d’où le nom de la cité. La réalité est sûrement ailleurs. La compagnie des Mines a choisi le nom de Parisienne pour sa fosse et par extension celui de la cité construite en même temps en 1880.

La cité « La Parisienne » a failli disparaitre. En effet, trop proche d’usines dangereuses et polluantes, elle ne faisait pas partie des projets de rénovations des Houillères du Bassin Nord Pas-de-Calais. C’est la volonté municipale de l’époque qui, par le biais d’une SCI, a racheté le patrimoine aux Mines puis l’a entièrement rénové dans les années 80 (aménagement de toilettes, salles d’eau …). Cette cité, passoire énergétique, va être entièrement rénovée dans les années à venir.

Extension des maisons dans les années 80

Vue actuelle

La place des Mines dans les années 80

Durant tout le documentaire, divers habitants, travailleurs, associatifs et institutionnels ont eu la parole pour transmettre leur quotidien dans une cité minière au 21ème siècle. Les avis sont bien sûr différents entre les personnes plus âgées, plus jeunes ou politiques mais tous ont un attachement particulier à cet endroit de vie. Cette cité qui logeait les mineurs et les ouvriers de la cokerie située à proximité est progressivement habitée par d’autres familles que les ayants-droits des Mines. A l’image de la société, la vie du coron change : liens sociaux plus compliqués, incivilités, sensations que les conditions de vie se dégradent … Les mots tournent au politique mais le réalisateur a su conserver les paroles données tout en les resituant dans le contexte habitat-habitants. La cité est le reflet de ses habitants et inversement.

L'église Sainte Barbe

La rue basse

La rue haute

Ce documentaire, récit de vie, empreint d’humanisme et d’humanité, nous transporte entre joies et émotions. Emotions de vies qui défilent au fil des souvenirs. Retenons la parole d’Arlette, veuve octogénaire de mineur silicosé, « dans la vie, il faut chercher le bonheur ». Le bonheur est souvent dans le pré mais sûrement, aussi, à la Parisienne !

Arlette

Editorial

Bienvenue sur le site  de l'Association pour la Pérennisation du Patrimoine Historique et Industriel Minier (A.P.P.H.I.M)
 
logo2014.jpg Logo2019.png


Mémoire de la mine et des mineurs - Conservation d'archives et de matériel - Pérennisation de la mémoire des bâtiments et équipements miniers

A.P.P.H.I.M Ne pas oublier, transmettre et partager

 

Autre site A.P.P.H.I.M. mineurdefond.fr  

Textes et photos produits pour l'A.P.P.H.I.M ©Apphim tous droits réservés

Informations

Les informations proposées sur ce site le sont à titre de service rendu au public, à titre pédagogique. Les photos sont utilisées à titre non lucratif. Elles sont protégées par le logo APPHIM pour éviter toute reproduction. Merci à Jean-Marie Minot, Jean-Pierre Mongaudon et Pierre Christian Guiollard et bien d'autres pour l'utilisation des photos

Photos des houillères-cartes postales anciennes de notre fond d'archives-photos Sébastien G, Jean-Louis HUOT, Pierre Ombrouck et Georges Tyrakowski (droits Apphim) sont estampillées de notre logo

Si par erreur involontaire, des photos, images ou écrits se glissent dans nos articles, nous nous engageons à retirer ces maladresses au plus vite. n'y voyez aucune intention maligne ou mauvaise de notre part. Nous nous en excusons le cas échéant.