En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Les usines de Somain ou usines de la Renaissance

Les usines de Somain ou Usines de la Renaissance datent de 1920. Elles sont d'ailleurs situées sur une partie du carreau de l'ancienne fosse Renaissance des Mines d'Aniche.

anicheusinesrenaissance01.jpg

Vues aériennes du site en activité

En 1946, trois lavoirs sont sur le site. Ils traitent les charbons maigres des Fosses De Sessevale, Lemay, Barrois, 9 et 10 de l'Escarpelle mais aussi les charbons ½ gras des Fosses Gayant et Sainte Marie. 9000 tonnes sont ainsi triées et lavées chaque jour. En 1960, l'usine à boulets des usines produit 3500 tonnes de boulets ordinaires et 1000 tonnes de boulets crus qui serviront à fabriquer les boulets « Anthracine  » à l'usine de Fort de Scarpe.

Le site vers 1965

Dans les années 50

Une fabrique de briquettes (charbons) est intégrée aux usines de la Renaissance. Elle sort de ses fours 400000 tonnes/an de ces fameuses briquettes « BS », briquettes de Somain, très recherchées pour alimenter les chaudières des locomotives et des bateaux. Avec l'abandon de la vapeur comme force motrice, l'usine à briquettes cesse son activité en 1973. Les lavoirs sont stoppés en 1969 avec la mise en route des lavoirs du siège Barrois.

Dans les années 70

Vestiges en 2000

En 2012, la décoration des poteaux a été amputée

Les usines à boulets résisteront jusqu'en 1977. Le site est démantelé en 1979. Il ne reste en 2017 que la maison du gardien et le portail d'entrée.

Vue aérienne actuelle 2017

Article Pierre OMBROUCK-APPHIM

Sources Relais-Histoire des Mines du NPDC T2


Date de création : 22/09/2017 @ 17:17
Catégorie : - Le bassin NPC-Groupe de Douai-Mines d'Aniche
Page lue 909 fois