En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Boutique Apphim

caddie.jpg

L'asso et ses actions

Sauvegardes en cours

Historique des actions

Archives de notre activité

Visites

 1181309 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Recherche

Recherche

La recette du 6ter à 706m

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://apphim.fr/data/fr-articles.xml

La recette du 6 ter à 706 mètres

Si les transformations du jour sont spectaculaires, celles du fond ne le sont pas moins et les photos de cet article donneront une idée de l'ampleur des travaux. Les contours d'accrochage sont déjà en grande partie creusés, leur soutènement est réalisé par des fers de 3,5 m soutenant des billes de 4,50 m et les parois sont recouvertes de dalles de béton. Quand le tir est buqué, c'est un tas d'environ 150 berlines de terre qui est abattu, le conducteur de la chargeuse Eimco a de quoi s'exercer !

bruay6ter01.jpg

Recette du 6ter à 706 m (vue prise de la salle de dépoussiérage). Au fond, derrière le mur : le puits.

La recette vue de la galerie des pleines, au fond la galerie des vides

La recette elle-même et ses abords immédiats ont exigé le creusement de sections encore plus importantes, souvent en mauvais terrain ; aussi a t-on eu recours, pour leur soutènement au béton armé. Les galeries de forme circulaire, sont creusées et maçonnées en deux temps. On commence par creuser la voûte qui est munie d'un cadre provisoire en cadres TH, sous lequel on met en place le ferraillage et le coffrage pour y couler le béton. Ensuite à l'abri de cette voûte on creuse le radier qu'on bétonne de la même façon. On a ainsi réalisé un tube dont les parois de 60 cm d'épaisseur environ peuvent résister aux plus fortes pressions. Etant donné les volumes considérables de béton à mettre en place, un appareillage moderne à grand débit est utilisé.

Le conteneur des vides en cours de creusement

Le mélange de sable, gravier et ciment est chargé dans une bétonnière où il est malaxé. Le contenu de la poche de la bétonnière est ensuite déversé dans le « Johnny » sorte de marmite munie d'un couvercle étanche ; un jet d'air comprimé envoyé dans cette marmite chasse le béton dans une tuyauterie qui le conduit dans le coffrage à maçonner. Enfin pour rendre le béton plus homogène et plus résistant on introduit à l'intérieur du coffrage un « pervibrateur » qu'on plonge dans le béton encore liquide. Sur les photos, on peut voir quelques aspects de la recette en cours d'achèvement ; la dimension des personnages comparée à celle des galeries montre l'importance du travail de creusement et de maçonnerie réalisé.

La foration du contour des vides : Henri Caudevelle, René Caudevelle et Casimir Januszewski

Il est à noté que la plupart des ouvriers occupés à ces travaux du 6 ter n'avaient aucune expérience du béton armé : les résultats obtenus prouvent qu'ils sont rapidement devenus des spécialistes émérites. Depuis un an d'importants travaux transforment l'aspect du carreau du siège 6 : devant le puis 6 ter , un vaste bâtiment est déjà achevé ; à coté du 6 bis un autre monte à vue d’œil : de part et d'autre du puits 6 se dressent de nouveaux ventilateurs. Plus loin une grue domine de toute sa hauteur les fondations du futur lavoir.

Le "Johnny" avec au premier plan la conduite d'évacuation du béton avec l'équipe du porion André Leducq

Toutes ces transformations ont pour but de faire siège 6 le plus important siège d'extraction de la région. Les vieilles machine a vapeur des puits 4, 4 bis, 6 bis mises en services avant la guerre de 1914, ont tourné, depuis sans relâches. Elles ont bien mérité leur retraite et seront relayées par le 6 ter dont la machine d'extraction électrique sera capable de remonter, à elle seule, les productions réunis des sièges 4, 6 et 7. Un nouveau réseau de bowettes presque achevés, reliant au siège 6 le 4 et le 7 sera sillonné par des trains de berlines de 3000 litres, que remorqueront de puissants locotracteurs électriques. Ces berlines resteront au fond car le puits 6 ter sera équipé, non de cages ordinaires , mais de « skips », grandes caisses à charbon alimentées par une trémie où sera culbuté le contenu des berlines

La bétonnière avec Adelson Morlaix, Jules Darleux, Casimir Wasseur Taieb Ben Mohamed et Alfred Croenne

Source Lampe au Chapeau 1952, col APPHIM


Date de création : 14/05/2019 @ 21:21
Catégorie : Les sites miniers - Le bassin NPC-Groupe de Bruay-Chantiers
Page lue 153 fois


Votre soutien

Notre travail, ce site internet ont un coût

10€/an

Montant libre

instagram.jpg linkedin.png pinterest.jpg

Les sites miniers

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :
69 Abonnés