En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

-

apphim.fr


Site de l'association Apphim association pour la sauvegarde du patrimoine historique industriel et minier


Puits du Curier - par apphim le 16/05/2020 @ 11:32 

Puits du Curier (1826-1942)

curier01.jpg

Le puits de 300 m de profondeur sert à l’extraction. Une première couche est rencontrée à 106 m et avec 1.33 m de puissance. Une deuxième couche de 2 m d’ouverture est atteinte à 122 m. Le puits servira ensuite à l’aérage des travaux et ferme en 1942.

Bâtiment des ateliers

Direction de la Fosse

A gauche les ateliers et à droite le bâtiment d'extraction

Puits du Curier - par apphim le 16/05/2020 @ 11:32 

Puits du Curier (1826-1942)

curier01.jpg

Le puits de 300 m de profondeur sert à l’extraction. Une première couche est rencontrée à 106 m et avec 1.33 m de puissance. Une deuxième couche de 2 m d’ouverture est atteinte à 122 m. Le puits servira ensuite à l’aérage des travaux et ferme en 1942.

Bâtiment des ateliers

Direction de la Fosse

A gauche les ateliers et à droite le bâtiment d'extraction

(16/05/2020 @ 11:32)

Puits de l'Ouche - par apphim le 16/05/2020 @ 11:28 

Puits de l'Ouche (1754- 1829 ?)

Situé au village de Ressile au hameau des Tréchards, il atteint 62 m de profondeur et exploite une veine de 25° et de 3 à 5 m d’ouverture. La couche de charbon est divisée en deux bancs épais de 0.6 à 1 m au mur et de 2.4 à 4 m au toit. Les deux bandes sont séparées par de l’argile de 0.15 m. Il arrête son exploitation en 1785 mais continue son activité d’aérage. Le secteur est abandonné en 1829.

ouche01.JPG

Puits de l'Ouche - par apphim le 16/05/2020 @ 11:28 

Puits de l'Ouche (1754- 1829 ?)

Situé au village de Ressile au hameau des Tréchards, il atteint 62 m de profondeur et exploite une veine de 25° et de 3 à 5 m d’ouverture. La couche de charbon est divisée en deux bancs épais de 0.6 à 1 m au mur et de 2.4 à 4 m au toit. Les deux bandes sont séparées par de l’argile de 0.15 m. Il arrête son exploitation en 1785 mais continue son activité d’aérage. Le secteur est abandonné en 1829.

ouche01.JPG

(16/05/2020 @ 11:28)

La centrale thermique - par apphim le 05/05/2020 @ 15:47 

La centrale

lievincentrale01.JPG

La centrale a été construite en 1906 pour permettre l’électrification des installations des Mines de Liévin. Toutes les caractéristiques de cette centrale se trouvent dans le pdf ci-dessous, issu de nos archives.

Cette première centrale a été, comme les fosses des Mines de Liévin, détruite pendant la guerre 14-18. Reconstruite dans les années 20, elle fonctionne encore jusqu’en 1952. Les bâtiments sont abandonnés et vidés puis cédés à M. Traversi, entrepreneur de BTP qui les transforme en menuiserie en 1966.

Plan col APPHIM

Les installations sont entièrement détruites. Il ne reste que le poste électrique exploité par EDF.

Le bâtiment en 1966, Notre Mine Nuit et Jour Equettes col APPHIM

La centrale thermique - par apphim le 05/05/2020 @ 15:47 

La centrale

lievincentrale01.JPG

La centrale a été construite en 1906 pour permettre l’électrification des installations des Mines de Liévin. Toutes les caractéristiques de cette centrale se trouvent dans le pdf ci-dessous, issu de nos archives.

Cette première centrale a été, comme les fosses des Mines de Liévin, détruite pendant la guerre 14-18. Reconstruite dans les années 20, elle fonctionne encore jusqu’en 1952. Les bâtiments sont abandonnés et vidés puis cédés à M. Traversi, entrepreneur de BTP qui les transforme en menuiserie en 1966.

Plan col APPHIM

Les installations sont entièrement détruites. Il ne reste que le poste électrique exploité par EDF.

Le bâtiment en 1966, Notre Mine Nuit et Jour Equettes col APPHIM

(05/05/2020 @ 15:47)

Liste des puits - par apphim le 29/04/2020 @ 16:23 

Bassin d'Epinac
Nom du puits Date de Fonçage Date de fin Concession
De l'Ouche 1774 1829 ? Epinac
Du Curier 1826 1942 Epinac
Fontaine-Bonnard  1828 1926 Epinac
Sainte Barbe 1832 1932 Epinac
Hagerman 1836   Epinac
De la garenne 1837 1942 Epinac
Michenaux 1837 1928 Epinac
De Roncevaux 1859 1899 Aubigny la Ronce
Hottinguer 1863 1936 Epinac
D 1874 1874 Aubigny la Ronce
F 1874 1874 Aubigny la Ronce
G 1874 1874 Aubigny la Ronce
De Chaton 1875   Aubigny la Ronce
Champ Pialey 1891 1928 Epinac
Saint Charles 1920 1942 Epinac
Des fourneaux 1928 1950 Sully
Lestiboudois ou les Thibaudais   1936 Epinac
Des barbottes     Moloy
Du bois     Veuvrotte
De ressille     Epinac
Souachère     Epinac
Daquin     Moloy
De la forgé     La Forgé
François Mathieu     La Forgé
De marvelay     Veuvrotte
Garenne     Veuvrotte
Du pré     Veuvrotte
Caullet     La Forgé
Mallet     La Forgé
Descendrie Saïd     Epinac
Descendrie Bathiard (Veuvrotte)   1966 Veuvrotte
Saint Pierre     Epinac
Domaine     Epinac
Tréchard 1,2,3,4     Epinac
Tréchard neuf 5     Epinac
Des Vignes     Moloy
Lavèze     Moloy
Neuf     Moloy
Saint Georges     Moloy

Liste des puits - par apphim le 29/04/2020 @ 16:23 

Bassin d'Epinac
Nom du puits Date de Fonçage Date de fin Concession
De l'Ouche 1774 1829 ? Epinac
Du Curier 1826 1942 Epinac
Fontaine-Bonnard  1828 1926 Epinac
Sainte Barbe 1832 1932 Epinac
Hagerman 1836   Epinac
De la garenne 1837 1942 Epinac
Michenaux 1837 1928 Epinac
De Roncevaux 1859 1899 Aubigny la Ronce
Hottinguer 1863 1936 Epinac
D 1874 1874 Aubigny la Ronce
F 1874 1874 Aubigny la Ronce
G 1874 1874 Aubigny la Ronce
De Chaton 1875   Aubigny la Ronce
Champ Pialey 1891 1928 Epinac
Saint Charles 1920 1942 Epinac
Des fourneaux 1928 1950 Sully
Lestiboudois ou les Thibaudais   1936 Epinac
Des barbottes     Moloy
Du bois     Veuvrotte
De ressille     Epinac
Souachère     Epinac
Daquin     Moloy
De la forgé     La Forgé
François Mathieu     La Forgé
De marvelay     Veuvrotte
Garenne     Veuvrotte
Du pré     Veuvrotte
Caullet     La Forgé
Mallet     La Forgé
Descendrie Saïd     Epinac
Descendrie Bathiard (Veuvrotte)   1966 Veuvrotte
Saint Pierre     Epinac
Domaine     Epinac
Tréchard 1,2,3,4     Epinac
Tréchard neuf 5     Epinac
Des Vignes     Moloy
Lavèze     Moloy
Neuf     Moloy
Saint Georges     Moloy

(29/04/2020 @ 16:23)

Historique - par apphim le 29/04/2020 @ 16:20 

Historique du Bassin d’Epinac

Dès le XVIIème siècle, des recherches de houille sont entreprises à Epinac par le comte de Clermont-Tonnerre pour alimenter sa verrerie.

Un des premiers puits d’exploitation, le puits de l’Ouche, est foncé en 1774. En 1826, Samuel Blum, maître de Forges à Dijon, rachète les installations du comte de Clermont-Tonnerre et créé en 1829 la Société Anonymes des Houillères et du Chemin de Fer d’Epinac.

epinachistoire01.jpg

Cinq concessions de 7031 ha sont attribuées : Moloy (1895), Sully (1841), Pauvray (1833), La Forgé (1861) et Epinac (1805). 78 puits seront foncés mais seulement une dizaine serviront réellement à l’extraction du charbon. Les installations sont reliées au canal de Bourgogne par le chemin de fer en 1836.

Charles Destival arrive au poste de Directeur en 1899 et permet de faire passer la production de 1500 T en 1838 à 191500 T en 1913. En 1928, elle atteint 250000 T.

Au cours de la seconde guerre mondiale, la production est reprise en partie par la très puissante société des Schistes Bitumineux d’Autun. En 1944, la concession de Sully est partagée. La partie Nord devient concession de Saint Léger du Bois et la partie Sud est renommée Veuvrottes. Les concessions de Saint Léger du Bois et de Moloy sont acquises par la société des Schistes Bitumineux d’Autun.

En 1946, les biens de la société des Houillères et du chemin de fer d’Epinac sont nationalisés au sein des Houillères de Blanzy. L’exploitation par les Schistes Bitumineux d’Autun s’arrête en 1950 et le puits de Veuvrottes est fermé le 28 février 1966.

Carte des concessions source service géologique de Bourgogne 1982

Parallèlement à ces concessions, le charbon est découvert à 10 km d’Epinac en 1859 sur la commune d’Aubigny la Ronce.

M. Duchemin fonce le puits Roncevaux et découvre la Houille. Il fonce aussi des puits de recherche mais doit abandonner les travaux faute d’argent. Il s’associe au sieur Catoire, ravale le puits Roncevaux et fonce quatre autres puits dont le puits de Chaton. Les veines rencontrées ne sont pas très riches. L’exploitation se fait principalement au puits de Chaton et s’arrête faute de rentabilité en 1899.

Malgré quelques recherches peu fructueuses en 1912-1913, il faut attendre 1940 pour une reprise de l’extraction. Ce sont des commerçants d’Epinac qui creusent une descendrie et qui exploitent de manière très rudimentaire les quelques veines exploitables. Le site cesse toute activité en 1952.

Les concessions de Chambois (1890) et Polroy sont situées plus à l’ouest du bassin d’Epinac. Ces deux concessions semblent avoir été plutôt destinées à l’extractions de schistes bitumineux même si la présence et la recherche de charbons sont avérées.

Note : L'historique, la liste des puits et leurs évolutions ont été rédigés avec l'aide de nos archives mais surtout de toutes les ressources que nous avons pu trouver : wikipedia, sites internet, recherches géologiques de Bourgogne... Toutes ces sources sont loin d'être concordantes. Nous avons essayé d'être le plus juste possible mais des erreurs peuvent subsister.

Historique - par apphim le 29/04/2020 @ 16:20 

Historique du Bassin d’Epinac

Dès le XVIIème siècle, des recherches de houille sont entreprises à Epinac par le comte de Clermont-Tonnerre pour alimenter sa verrerie.

Un des premiers puits d’exploitation, le puits de l’Ouche, est foncé en 1774. En 1826, Samuel Blum, maître de Forges à Dijon, rachète les installations du comte de Clermont-Tonnerre et créé en 1829 la Société Anonymes des Houillères et du Chemin de Fer d’Epinac.

epinachistoire01.jpg

Cinq concessions de 7031 ha sont attribuées : Moloy (1895), Sully (1841), Pauvray (1833), La Forgé (1861) et Epinac (1805). 78 puits seront foncés mais seulement une dizaine serviront réellement à l’extraction du charbon. Les installations sont reliées au canal de Bourgogne par le chemin de fer en 1836.

Charles Destival arrive au poste de Directeur en 1899 et permet de faire passer la production de 1500 T en 1838 à 191500 T en 1913. En 1928, elle atteint 250000 T.

Au cours de la seconde guerre mondiale, la production est reprise en partie par la très puissante société des Schistes Bitumineux d’Autun. En 1944, la concession de Sully est partagée. La partie Nord devient concession de Saint Léger du Bois et la partie Sud est renommée Veuvrottes. Les concessions de Saint Léger du Bois et de Moloy sont acquises par la société des Schistes Bitumineux d’Autun.

En 1946, les biens de la société des Houillères et du chemin de fer d’Epinac sont nationalisés au sein des Houillères de Blanzy. L’exploitation par les Schistes Bitumineux d’Autun s’arrête en 1950 et le puits de Veuvrottes est fermé le 28 février 1966.

Carte des concessions source service géologique de Bourgogne 1982

Parallèlement à ces concessions, le charbon est découvert à 10 km d’Epinac en 1859 sur la commune d’Aubigny la Ronce.

M. Duchemin fonce le puits Roncevaux et découvre la Houille. Il fonce aussi des puits de recherche mais doit abandonner les travaux faute d’argent. Il s’associe au sieur Catoire, ravale le puits Roncevaux et fonce quatre autres puits dont le puits de Chaton. Les veines rencontrées ne sont pas très riches. L’exploitation se fait principalement au puits de Chaton et s’arrête faute de rentabilité en 1899.

Malgré quelques recherches peu fructueuses en 1912-1913, il faut attendre 1940 pour une reprise de l’extraction. Ce sont des commerçants d’Epinac qui creusent une descendrie et qui exploitent de manière très rudimentaire les quelques veines exploitables. Le site cesse toute activité en 1952.

Les concessions de Chambois (1890) et Polroy sont situées plus à l’ouest du bassin d’Epinac. Ces deux concessions semblent avoir été plutôt destinées à l’extractions de schistes bitumineux même si la présence et la recherche de charbons sont avérées.

Note : L'historique, la liste des puits et leurs évolutions ont été rédigés avec l'aide de nos archives mais surtout de toutes les ressources que nous avons pu trouver : wikipedia, sites internet, recherches géologiques de Bourgogne... Toutes ces sources sont loin d'être concordantes. Nous avons essayé d'être le plus juste possible mais des erreurs peuvent subsister.

(29/04/2020 @ 16:20)

24/05/2020 @ 15:55