En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.

Traitement thermique de la Potasse

Traitement thermique par dissolution


Dissolveur Marie Louise don de R Weissenberger


But : séparer le chlorure de potassium (KCl) du restant des constituants du minerai potassique
appelé « sylvinite ».




Principe physique : il repose sur le fait que la solubilité thermique des deux sels (KCl et NaCl),
principaux constituants de la sylvinite, est différente :


 

  • pour le KCl, elle augmente avec la température,

  • pour le NaCl, elle n’augmente pas avec la température.



Principe du traitement : dissoudre, dans une solution aqueuse (eaux-mères) les deux sels,
réchauffer le tout, refroidir la solution chaude (saumure), le NaCl reste en solution, le KCl
cristallise et peut être récupéré.




Installations de traitement thermique. Une fabrique comprenait :


 

  • un moulin, dont le broyage et tamisage permettait d’obtenir des grains de sylvinite de 4mm,

  • une dissolution, permettant la mise en solution de la sylvinite et la séparation des résidus insolubles de la solution,

  • une clarification (décantation), permettant de séparer les boues de la solution et obtenir une saumure chaude claire,


 

  • une cristallisation, pour récupérer le KCl de la saumure chaude se refroidissant,

  • un essorage, pour séparer le KCl de la solution refroidie (eaux-mères froides),

  • un séchage, pour évacuer le restant d’eau,

  • des hangars de stockage (sel brut et chlorure KCl),

  • des installations d’expéditions,

  • les auxiliaires de production d’eau, de vapeur, d’électricité et d’air comprimé.



Schéma type d’une fabrique thermique :

 


cliquez sur l'image



Travail de Roger Weissenberger

Mots-clés associés

Date de création : 17/02/2013 15:29
Dernière modification : 18/02/2013 14:27
Catégorie : - Le bassin d'Alsace-Divers
Page lue 6221 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !